Passer au contenu

/ École d'architecture

Je donne

Rechercher

Experts en : Épistémologie du projet

Bafghinia, Mandana

BAFGHINIA, Mandana

Doctorante

The summit’s gaze, or the skyscraper as beacon and observatory

Résumé de la thèse : La recherche propose de considérer les gratte-ciels comme des objets transitionnels dans le champ de l’architecture et de l’urbanisme. Elle porte particulièrement sur le sommet du gratte-ciel, qui cristallisent la vue sur l’édifice depuis la ville et celle de l’édifice regardant la ville. Ces objets transitionnels ne peuvent être réduits un seul système sémiotique de réception ou un seul mode de représentation. Par leur présence, ils déterminent l’expérience esthétique croisée des spectateurs et des concepteurs, et l’objet de l’étude est donc le champ étendu dans lequel le processus de conception conditionne la perception des spectateurs et s’en nourrit, le belvédère du sommet des tours générant une certaine conception de l’espace urbain, produisant dans le même temps de nouveaux motifs et configurations spatiaux. La thèse se développe à trois échelles distinctes, correspondant à des perspectives différentes - historiques, architecturales et urbaines. Trois échelles sont prises en compte : celle, macroscopique, de la ville, celle, microscopique, du sommet et celle, intermédiaire, du gratte-ciel compris comme artefact et entité urbaine. Bien que connaissable au niveau microscopique, l’observatoire permet de percevoir et de comprendre l’échelle macroscopique de la ville. Le corpus de la recherche est constitué par quatre gratte-ciels différents tant par leur histoire que par leur contexte urbain.

Summary of the research: The dissertation considers skyscrapers as a transitional object within the architectural and the urban fields, focuses specifically on their summits, which are interpreted as dialogic constructs that transgress the opposition between seeing and being seen. The research will measure the expanded field in which the design process meets the perception of the observer, the viewing platform allowing for a re-conception of urban space and the shaping of new patterns. In another terms, these objects cannot be reduced to a semiotic system or a model of representation but rather represent a bequest of presence, allowing for the aesthetic experience of a mutual recognition from the observer and the designing architect. In accordance with the theoretical model will develop at three distinct scales, corresponding to different historical, architectural and urban perspectives. The macro scale will give the measure of the evolution of the summits within the larger landscape of the metropolis. The intermediary, or meso scale, will allow for the parallel interpretation of the buildings’ interior and exterior skins. At the micro scale, a synchronic analysis will focus on three case studies relative to skyscrapers built at different moments in four different metropoles in North America, Europe and Asia.

Lire plus…

Profil complet

Bilodeau, Denis

BILODEAU, Denis

Professeur titulaire

Architecte de formation, Denis Bilodeau s’est spécialisé en histoire et théorie de l’architecture au deuxième cycle, à l’Université Columbia de New York et au doctorat, à l’Université de Technologie de Delft aux Pays Bas.

Ses recherches portent sur les dimensions culturelles et cognitives des pratiques du projet architectural contemporain, et à l’épistémologie du projet architectural. Elles abordent notamment les questions relatives aux rôles des précédents, de la typologie, de l’analogie, de la schématisation, de l’abstraction, des démarches sérielles et des figures du mythe et de l’utopie dans la conception architecturale.

Cofondateur en 2002 du Laboratoire d’étude de l’architecture potentielle (L.E.A.P.) de l’Université de Montréal, il a travaillé entre autres à la mise en place du Catalogue des concours canadiens d’architecture (CCC) et s’intéresse à la place des concours d’architecture dans la construction et la transformation des imaginaires collectifs contemporains.

En 2006, il a été commissaire de l’exposition Concours d’architecture et imaginaire territorial : les projets culturels au Québec 1991-2005 présentée au Centre de design de l’Université du Québec à Montréal ainsi qu’au Pavillon de l’Arsenal à Paris, et à la Maison de l’architecture et de l’ingénierie au Luxembourg.

Lire plus…

Profil complet

Palombi, Lucie

PALOMBI, Lucie

Aux. de recherche (étudiant/e), Doctorante

Sujet de thèse

Textualité et projet en architecture

Approche herméneutique et comparative de l'écrit en situation de concours

      Au croisement de deux activités apparemment disjointes – l'architecture et l'écriture - repose la textualité. Si le texte peut sembler secondaire par rapport aux pratiques du dessin et du modèle, des écrits rédigés par des architectes nous sont parvenus depuis la plus haute Antiquité. Certains d'entre eux sont même devenus des monuments littéraires : De l'architecture (Vitruve, 15 avant J.-C.), L'art d'édifier (Leon Battista Alberti, 1485), L'architecture considérée sous les rapports de l'art, des mœurs et de la législation (Claude-Nicolas Ledoux, 1804), ou encore Vers une architecture (Le Corbusier, 1923)  - l'un des livres les plus lus du XXème siècle -, autant d'ouvrages publiés par de grands éditeurs de littérature. La discipline architecturale connaît une production livresque considérable entre traités, manifestes, monographies, textes de présentation de projets, romans et autobiographies. Il existe même des prix qui soulignent l’excellence des ouvrages d’architecture : le Grand Prix du Livre de la ville de Briey, le Prix du livre de l'Académie d'Architecture, le Prix Alice Davis Hitchcock, ou encore le Prix DAM (Deutsches Architecktur Museum). La textualité architecturale est doublement en concours : parfois, le texte accompagne le projet d'architecture en situation de concours ; d'autres fois, la textualité est l'objet même du concours. 

     Dans cette thèse, nous cherchons à comprendre la nature de la textualité en architecture, ou, plus précisément, les attributs des écrits rédigés par des architectes – dont le rôle premier est apparemment de concevoir des bâtiments avec le dessin – ou l’image - comme outil privilégié. Qu’est-ce qui caractérise l’écriture en architecture ? Que cherche à combler la textualité ? Peut-on identifier une sorte d’identité architecturale véhiculée par le texte seul ? Les objectifs de notre projet de recherche sont les suivants : (1) Contribuer à une théorisation de l'écriture primée (2) Raffiner les connaissances sur la textualité en architecture. Notre démarche scientifique sera essentiellement d’ordre herméneutique et comparative. L’analyse discursive usera de la capacité de la représentation en architecture à séparer texte et image. 

Lire plus…

Profil complet