Passer au contenu

/ École d'architecture

Rechercher

Réalisations - M. Arch. - thème B

Trimestre d'hiver et d'automne 2017
Équipe d’enseignants : Irena Latek, professeure titulaire – responsable du programme, Alain Carle, architecte, Fannie Duguay-Lefebvre, designer urbain

THÉMATIQUE B :

Lisière et médiation
Architecture, ville et arts médiatiques : recherches-créations, explorations, expérimentations

La démarche de notre atelier vise de nouvelles formes d’architecture et de l’espace public, de nouvelles manières de créer l’espace public par l’architecture, de nouvelles alliances de l’un et de l’autre. Elle cherche à saisir les conjonctures contemporaines, à ouvrir de nouvelles sensibilités à la sphère publique, à susciter l’imagination sur le territoire du commun, à découvrir les formes inédites d’être ensemble. Elle approfondit dans un travail d’image le réel et l’imaginaire. La pratique architecturale critique, cette forme de pratique, qui est en même temps une création et une critique sociale, s’accomplit ici dans l’alliance de l’architecture et de l’art, et à travers une exploration des médias numériques. Nous développons les outils de conception et de représentation pluridisciplinaires qui tiennent ensemble le temps et l’espace, l’intentionnel et l’accidentel, le construit et le sociétal. Attachant conceptuellement l’architecture à la ville, au territoire et au paysage, notre recherche allie le projet d’architecture aux nouveaux médias. La compréhension de l’espace que nous cherchons à développer s’enrichit de la perception de l’espace telle que projetée par le cinéma et la conception architecturale s’appuie sur la technique de la vidéo – l’architecture étant pour nous une médiation entre l’existence humaine et l’environnement.

Un type particulier du territoire urbain – la lisière – devient le cadre spatio-temporel de notre recherche tout en étant sa figure épistémique. La lisière est ce territoire urbain à la marge qui, s’affranchissant de l’ordre dominant les territoires voisins, introduit ses propres paramètres – c’est un entre-deux.

Notre première exploration, à l’hiver et à l’automne 2017, prend pour objet un territoire montréalais constitué par des terrains voisins de la ligne du chemin de fer Canadien Pacifique (CP), dans l’emprise des quartiers Plateau Mont-Royal et Rosemont – La Petite-Patrie. Les projets thèses sont vingt recherches et créations qui scrutent sur cette lisière les potentialités d’un espace hybride à destination publique, construit et non construit ; elles considèrent le paysage et le social, le durable et l’éphémère, l’espace et la vie, l’organique et le minéral, la matière et l’énergie. Chaque recherche choisit sa propre voie critique. Devenant les fragments de la lisière du CP, les vingt foyers d’intensité urbaine et condensateurs sociaux assument les médiations entre les quartiers, créent de nouveaux agencements d’énergies locales, s’ouvrent aux transformations futures. Ils requalifient le territoire de la lisière, mais aussi postulent une architecture anti-objet – celle qui sait fabriquer des environnements auto-génératifs, des champs intensifs, des potentialités.