50 ans de formation en architecture à l'UdeM

Des diplômés racontent

À l’occasion du cinquantième anniversaire de son rattachement à l’Université de Montréal, l’École d’architecture vous propose un saut dans le temps pour revisiter ses balbutiements. La mise en ligne de la transcription d’une série d’entrevues réalisées par François Giraldeau auprès de diplômés du département d’architecture de l’École des Beaux-Arts – qui deviendra notre école – nous ramène en 1924. Jules Poivert dirige alors le département et Aristide Beaugrand-Champagne, J.-Omer Marchand et Ernest Cormier y enseignent.

Ces documents nous font découvrir tout un monde, essentiellement masculin, s’émancipant peu à peu de l’influence des Beaux-Arts de Paris. Un monde où la bibliothèque fut d’abord un lieu quasi interdit et dans lequel la maîtrise de l’aquarelle ou du lavis était indispensable à la réalisation de rendus. Un monde où émergent des idées nouvelles et le souhait de libérer l’architecture des contraintes « des colonnes et de la pierre » grâce au béton et à l’acier. Le spectre des deux solitudes montréalaises y flotte. Les « gars » des Beaux-Arts et ceux de McGill se distinguent aussi par leurs formations réciproques. À McGill, c’est le génie plutôt qu’une vision classique qui influence le cursus des futurs architectes. Puis, subséquemment, leurs pratiques sont essentiellement soutenues par leurs milieux respectifs selon les moyens et les valeurs de ces milieux, les Anglo-Saxons ayant davantage accès à la commande commerciale et les Canadiens français à la commande religieuse qui deviendra un vecteur de la modernité québécoise et favorisera l’émergence de nouvelles figures marquantes, dont celle de Roger D’Astous.

Les propos recueillis par François Giraldeau émanent cette ambiance unique qui fait des écoles d’architecture les lieux exceptionnels qu’elles sont. La mise en ligne de ces transcriptions d’entrevues de très anciens diplômés sont suivies de celle de l’enregistrement de conférences que quatre diplômés récents ont prononcées à l’École d’architecture cet hiver. À presque un siècle d’intervalle, on y retrouve la même passion pour l’architecture. Je vous invite à la partager.

– Anne Cormier, directrice (2007-2015)
avril 2015

En avant-propos

Ces trois entretiens menés par François Giraldeau pour son mémoire de maîtrise de 1981, nous permettent de dresser un portrait vivant et stimulant de l’enseignement de l’architecture à l’École des Beaux-Arts de Montréal. À travers les propos de Jean-Marie Lafleur, diplômé 1929, Gilles Duplessis, diplômé 1938, et Jean Ouellet, diplômé 1952, nous pouvons apprécier le chemin parcouru et parfois nous laisser surprendre par des préoccupations étudiantes, voire des polémiques sur l’enseignement de l’architecture qui nous semblent toujours d’actualité. Nous remercions François Giraldeau d’avoir accepté de rendre plus accessible ces trois précieux entretiens.

François Giraldeau, aujourd’hui professeur retraité, a été pendant plus de trente ans professeur à l’École de design de l’UQAM où il a été directeur de département et directeur du programme de design de l’environnement. Diplômé de l’UQAM (Bacc. en Design de l’environnement), de l’Université de Montréal (Maîtrise en sciences appliquées, Aménagement, option Histoire et théories de l’architecture) et de l’Université Columbia (Maîtrise professionnelle en architecture), il a surtout agi comme enseignant d’atelier de première année en design de l’environnement, tout en privilégiant la critique d’atelier comme pratique spécifique et mode opératoire d’un rapport théorie/pratique en design. Dès lors, ses intérêts particuliers de recherche ont porté sur l’architecture et le design comme univers pratico-symbolique et sur les relations entre architecture et urbanisme comme en témoignent les références aux notions de Projet urbain et de Design urbain dans ses contributions à Studio Cube / UQAM et à la revue SILO. C’est dans ce contexte qu’il faut situer le thème de l’institution architecturale, en particulier l’éducation architecturale au Québec, comme un sujet de recherche qui reste bien entendu à être développé. Sa contribution à la revue ARQ, courte mais intense, traduit une part importante de ses préoccupations.

Pour en lire plus sur l’enseignement de l’architecture au Québec avant les années 1960, nous vous suggérons les textes suivants de François Giraldeau :

  • L’enseignement de l’architecture à l’École des Beaux-Arts de Montréal, de 1923 à 1957, Faculté de l’aménagement, Université de Montréal, 1981 (NA 9000 U54 1982 v. 003)

Merci à Newt de Nys, assistante de recherche au LEAP pour sa collaboration à la mise en ligne de ces entretiens.

– Georges Adamczyk, professeur titulaire et directeur de l'École d'architecture de 1999-2007

Entrevues

Entrevues de diplômés

Présentation des entrevues
Entrevue Jean-Marie Lafleur, diplômé EBA 1929
Entrevue Gilles Duplessis, diplômé EBA 1938
Entrevue Jean Ouellet, diplômé EBA 1952

Conferences

Cycle de conférences de l'hiver 2015

Conférence Léa-Catherine Szacka, diplômée M.Arch. 2005 (8 janvier 2015)
Conférence Loukas Yiacouvakis, diplômé B.Arch. 1990 (3 février 2015)
Conférence Maxime-Alexis Frappier, diplômé B.Arch. 2000 (10 mars 2015)
Conférence Stephan Chevalier et Sergio Morales, diplômés 1993 (24 mars 2015)